Avant j’avais des principes …

… maintenant j’ai des enfants, ou un en ce qui me concerne.

Voici la phrase classique qu’on prononce aux autres ou à soi même pour se justifier/s’excuser/trouver une échappatoire à un interrogatoire de la concierge en bonne et dûe forme.

Je ne déroge pas à cette règle, du moins pour certaines choses, et c’est avec un peu de recul, que je vous présente les « principes » que j’ai laissés aux oubliettes et ceux auxquels je m’accroche comme une tique.

Ceux que j’ai laissé tomber

  • Être le « bad cop ». Je disais souvent à mon mec que ce serait lui le plus gentil des 2 et moi la maman « sévère ». Mange tes haricots verts, va te coucher, si tu n’es pas sage tu n’aura pas de cadeaux à Noël. C’était avant de me pencher sur la bienveillance et de comprendre l’impact des récompenses et punitions sur l’enfant.
  • Faire les compotes et purées maison. D’une je n’ai pas le temps (jetez moi au bûcher), de deux la DME m’a sortie de ce mauvais pas.
  • Bannir les sucres de son alimentation. Impossible de confectionner tous ses biscuits et gâteaux, j’avoue mes pêchés, il mange des gâteaux industriels.
  • Continuer à avoir une vie sociale digne de cathy guetta. Oui oui j’ai pensé ça un jour, je me marre moi même. Non seulement c’est physiquement impossible, mais surtout je n’en ressens pas du tout l’envie. Tétée, câlins, canapé, avec mon fils puis mon mari. Et dodo à 22h, heure à laquelle cathy guetta n’est même pas levée.
  • Tricoter : un fantasme totalement inassouvi.
  • Être une femme/mère/épouse/médecin totalement épanouie, virevoltant dans sa cape de Super maman que je pensais porter. Énorme échec. Mon fils me manque, je culpabilise et j’ai l’impression d’être une toute toute petite nature par rapport à mes collègues qui ne tiendra jamais la semaine suivante.

Ceux que je réussis à tenir

  • Pas d’écrans. À 17 mois le tout doux n’a regardé la télévision que quelques secondes. On allume jamais en sa présence. Pas de tablette. Quelques minutes de téléphone par inadvertance.
  • Mon lait. Encore et toujours, ma plus grande fierté.
  • Les dîners en famille. On y arrive bon gré mal gré. C’est souvent une pizza, de la soupe, des brocolis surgelés ou des pâtes au beurre. Il est 19h30 au plus tôt et on est crevés de devoir expliquer que la nourriture reste sur la table et qu’on ne donne pas la poire au chien, mais on y arrive. Et on rigole en faisant bllllllpppp avec la compote.
  • M’accorder une douche thalasso avec le pack complet après shampoing, masque, gommage corps et visage par semaine. En accéléré, mais je m’y tiens, le dimanche soir après ma séance de cheval.

Ce sont ces résolutions, regrettées ou maintenues qui font de nous les parents d’après, après la naissance d’un enfant et de sa personnalité, et dans lesquelles nous nous drapons un peu plus ou un peu moins selon notre état de fatigue ou la quantité de nourriture projetée au plafond.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s