Présumée coupable.

C’est l’histoire de ma copine Marion. Son grand garçon Baptiste est né prématuré, elle a affronté tous les monstres hospitaliers, les avis en pagaille, les regards des autres, pour lui, et continue de le faire. Sa petite fille Juliette a 13 mois et bien qu’elle ait moins de problèmes de santé que son frère, elle a déjà à son actif un séjour en presque rea a 6 semaines de vie pour une méchante bronchio.

Marion a bercé son grand des heures durant, s’est levée toutes les nuits pour la petite qui avait faim. Bref, elle serait pas trop mal placée pour l’oscar de la mère qui répond aux besoins de ses enfants. Tout comme leur père, Clément, dans le rôle du charmeur de bébés.

L’autre samedi, j’ai suivi ses pérégrinations aux urgences pédiatriques pour Juliette qui démarrait une bronchio avec fièvre résistant à un cycle de ventoline. Une journée d’attente, d’aérosols, de réévaluations, de re aérosols de re réévaluations, d’épuisement collectif. Ceux qui savent savent.

Le soir elles rentrent à la maison, ça va (un peu) mieux. Juliette dort quasi toute la nuit (ce qui est rare) mais reste très fatiguée, ne mange et boit rien le lendemain. Marion et Clément commencent à douter … c’est le week end, les parents sont fatigués, ça tousse de partout, ça refuse le bibe.

On attend ? On retourne aux urges (#enfersurterre) ?

Elle appelle le 15 pour avoir un avis médical objectif (et elle a bien fait, ils sont la pour ça). Voilà grosso merdo le dialogue tel qu’elle me le raconte, avec le médecin régulateur, après lui avoir précisé les aventures de la veille.

– elle est vraiment fatiguée et n’a rien bu depuis hier soir (ça faisait plus de 15h) …

– et d’habitude elle boit le matin ?

– oui elle se reveille vers 4h et boit un premier biberon puis au petit déjeuner …

– attendez. Vous lui donnez du lait la nuit ? Vous êtes au courant du risque d’obésité ?

– … (gné ?) ma pediatre est au courant ça ne la gêne pas…

– mais un enfant ne doit pas manger la nuit, il faut être ferme, il faut des règles.

– …… (je lui raccroche à la gueule ou pas?) mais le lait de nuit est plus gras, les bébés allaités continuent de teter, la nature est bien faite …

– vous faites vraiment courir un DANGER à votre enfant.

(CONNARD) et donc je suis censée la laisser hurler ?

– il faut lui donner de l’eau.

-(GROS CONNARD) elle ne veut pas d’eau, elle pleure pour avoir son lait. Vous n’avez pas eu d’enfant ou quoi ??

– si j’en ai 3 et ils ont dormi tout de suite.

– (JE VAIS ME LE FAIRE) ben tant mieux pour vous. Mais ce n’est pas la majorité des enfants. Et ce n’est pas la queStion, je vous appelle pour une bronchio à réévaluer …

Voilà, elle me raconte cette conversation surréaliste à propos d’un médecin qui donne de fausses infos, culpabilise des parents, dans un contexte aigu d’un bébé qui a du mal à respirer au bout du fil.

NAN MAIS ALLO. ALLO QUOI.

Heureusement ma copine Marion, elle sait de quoi elle cause. Après avoir eu au téléphone le gars des urgences qui l’a rassurée , repris ses esprits, bouffé un paquet de savanes et bu un whisky (mais si, va, ne nous ment pas !), elle a rappelé le mec (qui lui a dit que c’était de l’humour. Ben ouais prend moi pour une quiche). Et l’a poliment renvoyé dans ses buts. La bas de l’autre côté du terrain, celui d’une triste réaliste : les personnels médicaux et paramédicaux sont trop souvent mal formés à propos des besoins de l’enfant.

L’allaitement j’en parle même pas.

La motricité libre non plus (pas plus tard qu’hier, la pédiatre chez qui je suis en stage a dit que oui oui le trotteur c’était bien … au secours).

Mais comment se fait-ce ?

On est super fort pour la médecine des vrais trucs, des trucs graves, des maladies rares, des détresses respiratoires, des retards de croissance, mais bon sang de bois, où en est la bienveillance ? Le respect de la physiologie ? La vision globale d’un enfant et d’une famille ?

Et pourquoi cette satanée culpabilisation perpétuelle … bien souvent réservée à la mère. Votre fils est autiste ? Ah ben le pauvre enfant n’a pas été allaité ni sûrement assez aimé… (spéciale cassededi à A. et HE).

Je suis moi aussi passée par là avec un magnifique « votre trop plein de sécurité crée son insécurité ». (Ta gueule. Va te faire foutre. Assume une enfant comme le mien et on en reparle dans une semaine avec le café, quand tu seras tellement fatiguée que t’aura oublié où t’habites).

Au bûcher les inquisiteurs. Ceux qui pensent savoir, n’écoutent pas, se réfèrent a des normes caduques (genre les courbes des carnet de santé qui date des années 60).

Ceux qui nous envoient par dessus leur lunettes un regard accusateur, pétri de jugements et de pitié.

Au nom de mes confrères qui vous ont blessées, malmenées, bref qui ont dit de la merde, je vous demande pardon.

4 réflexions sur « Présumée coupable. »

  1. Merci de ce pardon. Ayant eut affaire à du personnel mal formé j’ai parfois mit en application le  » ca rentre d’un côté et ressort de l’autre » puis un jour la perle rare, une maman docteur allaitante et bienveillante.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s