Point allaitement à 18 mois.

Je vous inonde souvent sur mon unstagramme de petits badges à l’effigie mensuelle « i breastfed my baby » (comment ça vous ne me suivez pas sur unstagramme??).

Et oui ça fait déjà 18 mois et demi qu’il est né et donc allaité.

Petits rappels de physiologie/naturologie, en dehors de tout jugement : l’OMS (organisation mondiale de la santé) recommande d’allaiter au moins jusqu’à 2 ans. Le lait représente la moitié des apports caloriques d’un enfant de 1 an, et passe à un quart à ses 2 ans. Le lait maternel continue de s’adapter aux besoins de l’enfant et c’est son changement de composition qui va pousser le petit d’homme à se tourner vers l’alimentation solide, plus riche en protéines, en fer. En revanche les acides gras qu’il contient sont exclusifs, absents des laits de vache, chèvre, brebis, riz ou amande. Bref cela reste l’aliment « normal » pour un petit homo sapiens jusqu’à au moins ses 2 ans.

Cela est évidement pour moi l’une des principale raison de poursuivre notre allaitement, a l’heure où le glyphosate continue de nous inonder et de plus en plus de questions soulevées par la malbouffe trouvent des réponses franchement flippantes.

En pratique comment ça se passe ?

Tout doux est diversifié depuis ses 7 mois, en DME et il mange donc « comme nous », sans sel.

4 repas par jour, avec un appétit moindre au petit déjeuner : un morceau de pain complet, parfois une compote.

Il ne boit plus de lait chez la nounou depuis ses 1 an, il a progressivement diminué les quantités et j’ai donc arrêté de tirer mon lait au travail à ce moment également.

La plus grande tétée est celle des retrouvailles, vers 19h30, elle peut durer bien 10/15 minutes. Puis nous dînons tous ensemble et rebelotte pour le coucher à 20h30/45.

La nuit, cela reste très (très) aléatoire, mais je compte globalement 1 vraie tétée nutritive en milieu de nuit, puis à partir de 6h du mat, plusieurs petites.

Le week end quand nous sommes ensemble, il rajoute une petite lampée vers 11h (2 à 3min), puis à la sieste. Un apéro rapide vers 18h (variable) et de nouveau au coucher.

Evidemment tout cela en dehors de phénomènes aigus : dents, angoisse, petite maladie, contrariété …

Il arrive à un âge où je peux négocier. Si je ne veux pas donner car nous sommes dehors par exemple et qu il fait moins 40, je propose de l’eau, un câlin, un jeu de bisous. Parfois ça fonctionne, parfois il pleure et je dois changer de stratagème.

Honnêtement il y a u truc qui commence à me déranger, c’est ce fameux tripatouillage, lorsqu’il veut mettre les mains dans mon soutien gorge ou me pince et ronchonne. Pendant la tetee je l’accepte car je sais que cela fait venir le lait plus vite, et que c’est un comportement commun de part le monde.

J’essaye de lui apprendre à dire « tétée », sans trop de succès pour le moment car il ne parle pas encore. Je lui propose de caresser avec le plat de la main comme un chat qui patoune (un grand merci aux filles qui m’ont donné cette astuce !!) en lui expliquant que cela me fait mal et que j’ai le droit de refuser qu’il pince, que c’est mon corps. Ça donne une tableau franchement trop mignon, il frotte ses mains contre mes épaules, mes bras en poussant un petit cri aigu à chaque fois.

Trop de love. Et le soir en rentrant, ça fait pas de mal.

J’essaye donc de porter un regard lucide sur cet allaitement long et hors norme dans notre société.

Oui je kiffe allaiter.

Oui ce me semble totalement normal.

Non je ne me sens pas esclave.

Non cela ne me fatigue pas.

Oui certains tics de grand enfant allaité me dérangent.

Oui je lui dis parfois « non ».

Non je ne sais toujours pas quand j’arrêterai.

Oui je trouve toujours ça aussi pratique et rapide pour calmer, soulager, endormir.

Non mon fils n’est pas scotché à moi, loiiiiiin de là. Je suis prête à vous communiquer la liste d’une bonne dizaine de témoins qui l’ont vu partir tout seul Faire son marché.

Oui parfois il refuse le sein (et non je chiale pas).

Oui je profite de ces regards profonds, tant que cela m’est offert.

3 réflexions sur « Point allaitement à 18 mois. »

  1. Et pourquoi pas la langue des signes? J’ai commencé avec mon grand à ces 6 mois. Aujourd’hui quand il me demande une tétée, il le fait verbalement et gestuellement, c’est devenu un automatisme.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s