La rose est amie de l’épine.

Quand je pose un œil objectif sur la multitude des articles, blogs, billets concernant la parentalité, que je dévore, le mien y compris, je réalise que ça fait flipper. Pas tant par les théories bienveillantes à la mord moi le noeud qu’il faut s’évertuer de mettre en application (alors euuuuh une tournure de phrase positive pour lui dire de ne pas bouffer la plaquette de beurre … viteeeeee), mais surtout par tous les petits détails sympathiques que nous laissons transparaître au grès de nos commentaires, et qui, avouons le, relèvent parfois du scénario des gremlins.

À toi l’infortunée nullipare qui me lit, à vous le couple de futurs parents fébriles (tu crois qu’on va y arriver chéri ?), à toi mon fils quand tu liras ces lignes, je vous le certifie, être parents c’est de la bombe.

Toutes les premières fois : première dent, premier pas, premier « maman » qui font fondre le cœur instantanément.

Les câlins du matin, les sourires du matin, les mamours qui se poursuivent en mangeant une tartine.

Cette immense fierté qui brûle le cœur lorsque l’on réussit à calmer la colère du dragon, à endormir cet indomptable enfant.

Les pâtes au beurre avec du jambon.

Les redécouvertes de toutes petites choses de la vie : l’odeur de la haie coupée, la forme d’un buisson de lavande, la course folle de l’escargot.

La découverte de soi même, la perspective d’être avec un grand E, se comprendre et s’aimer, enfin, autant qu’il nous aime.

Les dominos, la toupie, les peluches ressorties de sa propre malle aux trésors.

La force déployée durant les jours sombres, par ma carcasse informe aux cheveux gras, pour bercer, embrasser, donner, endormir.

Les premières décisions qu’on lui laisse prendre (pull rouge ou pull bleu ?) et l’émerveillement qui en découle. La naissance d’un personnalité, sous nos yeux ébahis : ah ouais t’as décidé de débarrasser la table et de lancer le lave vaisselle.

Bon tout ça c’est bien mignon, ambiance poster de dauphin, mais comme je sais que vous aimez avoir peur, je remet un petit teasing de « Bébé, les griffes de la nuit » : rhume, toux, vomito, changement de drap. 4 fois par nuit. Du lundi soir au jeudi soir. En plein hiver avec tes draps qui sèchent que dalle, merci la vie.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s