Carpe Noctem

Je me souviens toute petite m’être beaucoup réveillée la nuit, avoir observé le ciel jaune par la fenêtre (pollution lumineuse bonjour), et imaginer des monstres tapis dans les ombres des tas de peluches. Adolescente, je me suis couchée plus tard, je m’endormais devant New York unité spéciale après avoir regardé Charmed et Buffy (team Cole et team Spike), puis jeune adulte, il y a eu les sorties, les soirées péniche, les petits matins où l’on s’endort dans la fraicheur d’une haleine mentos, les plats de pâtes à 4h du mat.

Je dormais bien, partout , tout le temps, dans le metro ou dans un parc. (crédit photo : marion).

Il y a eu ensuite les nuits hachées par le stress des études, les insomnies à 4h30, les litres de verveine menthe et les flacons d’euphytose. C’est quand j’ai commencé médecine que ça a commencé à partir en sucette. Les quelques nuits complètes que St Pantaleon, saint patron des mèdecins, avait la bonté de m’octroyer, me laissaient un goût de encore et de vivement que toute cette merde se termine.

Et il  y a eu la grossesse, apothéose du non sommeil, avec des insomnies terribles de 4h à 7h du mat, moi tournicotant sur le matelas, la machine à angoisses de future maman tournant à pleine puissance.

Je me souviens encore, à mon dernier cours de préparation à l’accouchement, entendre la sage femme nous dire « le bébé a besoin de manger toutes les 3 heures environ », et songer « Oh My God (comme dirait Janice) !! mais comment je vais faire ? heureusement que quand il fera 5 kilos il pourra attendre plus longtemps, ça viendra vite ! ». C’est beau la naïveté pas vrai. Bordel mais heureusement que ce jour là personne ne m’avait dit que le sommeil de l’enfant est immature jusqu’à 3 ans et que j’allais ipso facto m’embarquer dans le plus grand défi que mon corps ait eu à subir jusqu’à présent. Parce que j’aurai raccroché de suite. Ah bah non mais y a erreur sur la personne. Je suis une marmotte moi, une grosse dormeuse, j’ai déjà pas mal de retard sur ces dernières années, je pourrai jamais tenir ce rythme. Donc on laisse tomber, reprenez ce bébé, ce sera pas possible, repassez dans un moment.

Premier mythe qui s’est rapidement écroulé : le nouveau né qui dort 20h par jour. Mais oui simone, et la marmotte elle met le chocolat …

Ensuite viennent les fameuses croyances : il dormira pendant tout le trajet en voiture (chéri, on s’est trompé dans le modèle non ?), et quand tu passera l’aspirateur (essai n°58, entre le ventilateur et le ronronnement du chat), et l’incontournable « il fait ses nuits au moins ? » Les siennes, ouais. Les miennes, non. Et là encore, on ne le sait pas, mais ceci est normal. Car notre cerveau est d’une complexité sans égale dans le règne animal, et que cette prouesse de la nature est le fruit d’une maturation longue, très longue.

 

Que l’humanité a survécu avec des bébés se réveillant très souvent et accrochés à leur mère, tétant all night long, bercés par des marches quotidiennes de plusieurs heures. Et que les bébés d’aujourd’hui sont les mêmes. Mais que nous avons changé.

Nous devons nous lever, nous préparer pour le travail tous les matins, il y a la pression sociale qui veut que nous redevenions des parents modernes qui continuent de faire des plans de carrière, de bruncher branchouille et de faire la fête avec les potes. Alors que pour certains d’entre nous, le besoin de se réaxer sur soi, sur sa famille en construction, sur sa propre évolution.

Parce que bon, être parent c’est un tout petit bouleversement de rien dans notre vision de Nous et l’Univers :  Qui suis je ? Ou Vais je ? Ah oui, je suis l’ombre de moi même et je vais donner la 45éme tétée de la journée, au rythme de mon 4000eme pas. Ai je sommeil ? Suis je fatiguée ? je ne sais même plus quand j’ai changé de culotte pour la dernière fois, alors comment voulez vous que je réponde à ces questions.

Le sommeil des bébés est tellement récurrent comme sujet de conversation et en même temps tellement tabou. Les personnes à qui je racontais nos vraies nuits, sans filtres, sont rares (et elles se reconnaitront), et il y a la magie des réseaux sociaux (Anais, je te kiffe meuf !) qui nous fait sortir de ce silence et réaliser que tout cela est NORMAL.

Je n’arrive pas à me souvenir de quand j’ai dormi 6 heures de suite pour la dernière fois, naturellement, sans substance ni cacheton (ben quoi, vous saviez pas que la moitié des étudiants en médecine et médecins prennent des benzo ?). Et pourtant j’étais une vraie droguée du sommeil, à angoisser car je n’avais dormi « que » 7 heures.

Si je vous parle de tout ça aujourd’hui, c’est parce que (attention scoop), ça va mieux. Nous sommes passés de 35 réveils à 3, 2, ou 1 réveils. Et plus jamais avant 2h, sauf toux génante, ce qui me laisse le loisir de zoner sur mon ordi dans mon lit, écouter des videos d’asmr, matter le replay de This is Us parce que le 3ème épisode à 22h40, je dors déjà.

L’amélioration avait débuté en décembre (le tout doux avait donc 19 mois), et nous lui avions monté son lit de grand dans sa chambre. Et un soir début janvier, après avoir mis sa turbulette qu’il adore, et choisis ses 2 livres vesperaux quotidiens, il est revenu vers son lit au lieu d’aller dans notre chambre. Et voilà. Le rappel de 22h a subsisté jusqu’à très dernièrement, mais cela fait une semaine qu’il fait enchaine 2 ou 3 cycles de sommeil seul. Les soirées où il mettait 1heure à lâcher prise et s’endormir, où je me venais 5 fois entre 20h et 22h30 sont derrière nous.  Allez chouchou, continue comme ça !

Cueillons les nuits qui s’offrent à nous, profitons de cette proximité, car un jour, ils dormiront jusqu’à midi et nous irons leur sonner alors, trompettes et tambours.

IMG_0167.JPG

 

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Florence dit :

    Ah le sommeil de bébé…tabou comme tu dis et encore plus quand il s’agit de bébé allaité: « laisse le pleurer »; « donne un biberon ton lait est pas suffisamment nourrissant »…Pour ma part pas de filtre, j’ai toujours dit comment se passe les nuits chez nous, je sais que je suis jugée mais ma foi je m’en fou, je suis ma ligne de conduite, mon instinct maternel, mes croyances, ma petite voie intérieur appelez ca comme vous voulez^^. Arthur 27 mois toujours en cododo fait des nuits complète depuis 9 mois mais ne s’endort que dans le canapé auprès de nous, si il se réveille seul dans le lit c’est le drame assuré. Léonard 4 mois en cododo lui aussi ne s’endort que au sein quand maman est la ou dans les bras de papa qui doit marcher sinon ca ne fonctionne pas. Une chambre digne d’un dortoir, notre dortoir d’amour.

    Aimé par 1 personne

    1. docteurdoudou dit :

      Merci pour ton témoignage, heureusement avec certaines personnes je n’ai pas besoin de mettre de filtres sinon j’imploserai ! Mais par facilité (lâcheté ?), je choisis mes interlocuteurs et combats… mais toi et moi on sait qu’on a bien raison 😉

      Aimé par 1 personne

      1. Florence dit :

        Une part de moi (le côté obscur de la force?) aime se confronter aux personnes que notre mode d’éducation…de vie plutôt, étonne, dérange… je suis pourtant du genre timide, peut être est ce la une façon de lutter contre ma timidité ou alors un besoin irréprécible de défendre ma vision de la maternité, je ne sait point mais oui je doit le dire j’aime voir les regards interloqués, incrédules, étonnés et parfois je dit bien parfois respectueux, bienveillant, encourageant.

        J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s