Divergence

Il y a quelques jours, mon téléphone a décidé que je trainais trop sur Instagram. Il a décidé de lui même de faire planter l’application et, tel un parrain d’abstinence, a obstinément refusé de la relancer malgré des démarrages, suppressions et autres manipulations désespérées. Et puis j’ai tout de même réussi à revenir sur mon compte, (évidemment j’avais juste 3 coeurs et 2 messages, mais tout de même, je tiens à être présente car je sais que parfois des mamans me questionnent à propos d’allaitement), et j’ai immédiatement rattrapé mon retard sur les dizaines des clichés que j’avais loupé, et je me suis surprise à davantage zieuter vers les comptes que je suivais « AVANT L’ENFANT ». 

Ceux des pros du maquillage, des citadins branchouilles, des voyageurs dans le mouv’, bref des gens qui n’ont jamais entendu parlé du Rear Facing ou de l’abonnement titoumax.

Et ce soir, alors que mon tout doux s’endormait contre moi, je me suis surprise à penser ce que je ferai, là maintenant tout de suite, si je n’avais pas d’enfant. De quoi aurai-je envie ? Scoop : dormir ne fait pas de la liste qui va suivre !

DSC_2089.jpg

Des vacances en amoureux au moment où les billets d’avions sont en promo. Pas au milieu du mois d’août parce que la nounou prend ses vacances à ce moment (fatalité commune à presque tous les parents : la quasi totalité des nounous sont en vacances en août, et les crèches ferment aussi. La vie est injuste, je sais).

Spa et thalasso en bord de mer. Mais pas le genre de spa où on te fait bouffer des feuilles de radis pour drainer les toxines, plutôt un spa où on picole sur la plage avec bain de minuit.

Faire la fête sur des plages grecques jusqu’au petit matin.

Passer une semaine à Londres entièrement dévouée au shopping (4 enfants, si t’es là : it’s your fault my dear !) et claquer l’intégralité du budget couches dans des fringues de luxe en 2 minutes.

Enchaîner brunchs, restos, bars à tapas, péniches où on boit, on rit, on danse, on fume …

Retourner au cinéma voir des films afghans mais aussi Star Wars et Marvel (j’ai 2 années lumières de retard, il parait que Han Solo est mort).

10 minutes plus tard …

Bon en fait elle est assez courte cette liste. Et pourtant qu’est ce qu’il y en aurait des trucs futiles à faire ( quoi ??? Nanmého star wars c’est pas futile !!)  … des instants de calme olympien à profiter d’un cocktail sur une plage, sentir le vent sur son visage en admirant le coucher du soleil (4 enfants … you again !), prendre 1h30 pour choisir une belle robe, se pomponner, avant de passer une soirée dans un luxueux restaurant, lumière tamisée et décoration inspirée, mon mec me faisant rire aux éclats, commandant d’une voix suave une délectable bouteille d’un excellent vin (ah ouais elle est alcoolique la meuf en fait. Faut qu’elle arrête l’allaitement, c’est plus possible,  elle va nous faire le delirium tremens), de délicieuses petites choses à tartiner en apéritif à grignoter sans faire baver le rouge à lèvre …

Mais, mais, mais comme disait François 1er (cet article part dans tous les sens, elle est bourrée) : Souvent femme varie, bien fol est qui s’y fie. 

Et il avait tout compris le françouille. Comment est-il possible que pendant toute une journée, j’ai rêvé de luxe, calme et volupté, d’une vie sans enfant, où je serai à nouveau maître de mon destin et du choix de mes pompes (parce que le portage c’est génial hein, mais avec des talons, on fait comment ? ils y ont pas pensé à ça chez jpmbb), et qu’à l’instant où je mette sur papier ce dit rêve et ben pfioup, je me réveille.

Car ces sorties, ces fêtes entre amis, j’en ai fait. Et une quantité suffisante pour encore quelques années apparemment. Parce que quand je vois ma nounou de 50 ans (nanouuuuuuu) qui mange sur le canap avec son mari, va au resto avec ses copines, fait des marathons aux 4 coins de l’europe (je suis jalouse des 4 coins de l’europe, pas des marathons, rassurez vous), pendant que ses 3 grands enfants partent à l’aventure … et bien je sais que ce sera aussi notre tour un jour (il disait quoi ribery déjà, la routourne tourne ?). Que cette période où les journées s’articulent autour d’un lever à 8h, déjeuner midi, sieste 13h30 et coucher 20h30 ne dure qu’un temps. La regretterai-je ? Probablement, comme je regrette aujourd’hui notre « liberté » passée, c’est à dire pas vraiment. Elle fait partie de moi, elle m’accompagne et je sais que je la retrouverai.

Et que personne ne vienne faire son rabat joie avec le « petit enfant petit soucis, grand enfant, graaaa ….  » TA GUEULE.

IMG_2485

Alors oui je diverge. Je voudrai passer en un éclair d’un roof top à Soho (tant qu’à faire), à mon pyjama piloupilou, mes cernes et mes questionnements sur ce qu’on va manger ce soir (nouilles ou riz ?). D’un concert de musique classique à l’opéra de Berlin au petit toboggan de mon village (allez on y va ! je te fais confiance tu peux lâcher les mains !).

Mais tout ça en fait c’est kiff kiff bourricot. C’est la vie qui file, qui nous asperge, qui nous fait miroiter l’impossible, nous fait goûter des nectars tantôt amers, tantôt sucrés. Et finalement tout se mélange, mon tout doux, ma vie de famille qu’on pourrait qualifier de planplan, et la lueur de folie et de jeunesse qui nous anime encore (on se moque pas là bas au fond).

Grandis vite mon tout doux, qu’on puisse te montrer ce monde, faire la fête avec toi, le tout en pleurnichant sur l’époque bénie où ton visage s’illuminait comme un soleil dès que tu nous voyais.

En attendant, nous avons un mariage en septembre et je constate qu’il me reste de beaux réflexes question atours et ornements ! J’espère ne pas être trop larguée niveau musique ou danse, et que Beyoncé et toujours à la mode.

IMG_2426.JPG

PS 1 : certains « rêves » sont réalisables, d’autres pur fantasme. Vous vous imaginez bien que enfant ou pas enfant, je ne pourrai jamais me payer le roof top à soho, ni même des spa ou des restos tous les week end.

PS 2 : je vois déjà venir les remarques comme quoi on pourrait le laisser plusieurs jours. Chaque parent, enfant, famille a son rythme, et tout viendra un jour. Et ce n’est pas parce qu’on choisit le maternage proximal qu’on n’a pas le droit de se plaindre un peu de temps en temps. Et d’un point de vue logistique pur, dans l’état actuel géographique des membres de notre famille, ce n’est pas possible.

1 réflexion sur « Divergence »

  1. Du coup j’y ai réfléchi aussi et ce qui me manque vraiment, c’est de ne plus pouvoir me concentrer sur un bouquin, un film ou mes documents administratifs sans être interrompue toutes les 10 secondes par un « MAAAAMAAAAN ! ».

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s