Sésame, ouvre toi !

Ah que j’avais hâte de l’écrire cet article !! Déjà car le film avec Fernandel jouant Ali Baba a bercé toute mon enfance et surtout car je vais pouvoir poser des mots sur ma préparation à la naissance de mon 2ème enfant, bien différente de la première.

Cette fois ci, c’est un accouchement physiologique par voie basse qui est plus qu’espéré, autant que la saison finale de Lost ou les bons de réductions à disney land du CE.

Pour mémoire, voici le récit (éprouvant) de mon premier accouchement, içi.

Cette césarienne vécue comme un arrachement à la terre de mon enfant, et mon propre arrachement à mon corps de maman, a non seulement été un traumatisme pour moi (paye toi ta thérapie EMDR à chialer ta race) mais également pour mon tout doux, qui comme tu le sais, en a subi des conséquences sur son développement et sa personnalité, je te l’expliquais notamment là.

Donc on repart à zéro, reset, redémarrage de la box en cours.

Ma gynéco, qui avait eu la bonne idée de tomber enceinte au même moment que moi (nos enfants ont un jour de différence), ne m’a pas refait le même coup cette fois ci et m’a suivie pendant ces 8 mois et demi. Son regard humain, physiologique tout en restant médical « classique », bienveillant, apportant force et douceur à la fois a tout changé et elle m’a apporté des notions et conseils que j’ignorais totalement la première fois.

Et notamment cette fameuse notion : « OUVRIR LA PORTE ». On se doute bien de quelle porte il s’agit, celle en bas, au milieu derrière, qui reste fermée sur le foetus pendant 8 ou 9 mois pour le protéger, lui permettre d’acquérir organes, sens, communication, et 2 ou 3 détails utiles comme des orteils qu’on pourra dévorer d’amour ou une langue pour téter.

On entend très (trop) souvent les gens dirent « C’EST LE BEBE QUI DECIDE » de quand il veut sortir. Et bien NON.

On va pas commencer à lui mettre une telle pression sur les épaules à ce pauvrinou, il n’est pas le seul protagoniste dans la délicate affaire de sa naissance.

Oui il va devoir se bouger le cul, se retourner tête en bas, frapper à la porte en appuyant avec sa tête sur notre col de l’utérus ce qui lui permettra de s’ouvrir progressivement.

Oui il va devoir déjà communiquer avec maman, s’assurer qu’elle l’attend, mettre en oeuvre des stratégies d’attachement réciproque et venir à sa rencontre in utero, histoire de maximiser ses chances de survie une fois né.

Oui il va devoir trouver la voie de sortie en mettant son dos comme ci, ses épaules comme ça, en continuant de fouir avec sa tête comme une petite taupe pour que cette putain de porte continue de s’ouvrir.

Mais … il aura beau frapper et frapper, si la porte est fermée, ça ne marchera pas.

Car pour que la porte s’ouvre, maman doit être dans un état physique, émotionnel, hormonal, psychique, compatible avec le passage d’un rôti de 3,5 kilos dans son vagin et la perspective de longues années à s’occuper d’un autre être humain.

Et il y a un 3ème acteur dans cette pièce, appelons le Dieu ou La Nature, et effectivement celui-là est totalement incontrôlable, il aime l’impro. Donc on le laisse où il est et on le supplie d’être plus sympa que la dernière fois.

Pour ma part, j’estime désormais avoir un rôle prépondérant et depuis quelques jours je m’attèle à ma partition comme Hercule s’attèle à ses 12 travaux. Car oui toi qui est enceinte qui me lis, tu as plein de choses en ton pouvoir pour activer la machinerie de la naissance, quoi qu’en dise la boulangère.

fbt

Voyons les outils à ta disposition pour ouvrir cette porte et lancer un travail.

  • Quelques notions mécaniques

Le bébé va devoir passer notre bassin, barrière osseuse du genre costaude. Et pour qu’il comprenne où est la bonne direction, ce bassin doit s’ouvrir au maximum. C’est tout ce qui va amener à combler le creux des lombaires : le 4 pattes, la position accroupie, assise les genoux plus haut que les hanches et le dos droit. Arrête de t’affaler vers l’arrière sur le fauteuil de la salle d’attente, redresse toi. Met un marche pied dans les toilettes. Assied toi sur le canapé les jambes pliées devant toi, genoux écartés.

C’est ce qu’on appelle la RETROVERSION DU BASSIN.

Déjà ça va soulager les douleurs lombaires, mais surtout cela va instantanément faire appuyer la tête de bébé sur le col.

retroversionbassin.jpg

L’utilisation d’un ballon de gym peut s’avérer particulièrement utile pour s’entraîner, mais aussi se bercer soi même

  • Quelques notions chimiques/hormonales

–  L’ocytocine : sorte de Rambo de l’accouchement, qui va provoquer et augmenter la contractions de l’utérus qui est un muscle lisse (donc ne répondant pas à notre volonté propre). Mais Rambo a aussi sa part de bisounours, puisque l’ocytocine est appelée hormone de l’amour et de l’attachement chez les mammifères et notamment les primates. Elle permet aussi le réflexe d’éjection du lait lors de l’allaitement. Le shoot d’ocytocine lors de la naissance assure la délivrance du placenta et diminue le risque d’hémorragie de la délivrance, et nous envoie direct au 7ème ciel de l’attachement parental dès que nous tenons notre bébé dans les bras (la nature est bien faite, survie de l’espèce, tout ça tout ça).

Les prostaglandines : sécrétées le placenta (mais aussi présentes dans le sperme), ce sont le bras droit de Rambo et elles majorent aussi les contractions tout en facilitant la dilatation du col.

– Les endorphines : la meilleure came du monde, délivrée par le meilleur dealer du monde aka notre cerveau, qui nous aide à supporter la douleur des contractions et le passage du bébé responsable de cette sensation de « cercle de feu » qui descend dans le bassin une fois qu’il s’est engagé. Elles diminuent la sensation de fatigue, du coup trop facile de rester des heures en travail comme si on courait un marathon sans avoir jamais été entraînée.

– L’adrénaline : le couteau à double tranchant. Pendant la phase de travail, celle ci doit être le plus basse possible pour permettre à l’hypothalamus de sécréter correctement l’ocytocine. Donc cool raoul, lieu intime, pas de stress ni de stimulations extérieures, on débranche notre cortex frontal et on ramène tout à l’hypothalamus et au cerveau reptilien animal, primitif. Là encore trop facile.

Par contre, lors de la descente puis l’expulsion, on va dire merci jacky et michel à l’adrénaline qui va nous maintenir dans un état de force physique suffisante pour finir le marathon victorieuse avec sprint de vitesse. Ce pic d’adrénaline est responsable de la fameuse phase de désespérance (que j’ai hâte de connaître tu t’en doutes), annonçant l’arrivée imminente du bébé, se traduisant par une sensation tout aussi imminente de mort à venir.

Donc moi je fais quoi de tout ça ?? Et bien je pense ocytocine et prostaglandines H24. J’ai utilisé comme préparation avec ma sage femme l’auto hypnose, qui me permet de me projeter quasi instantanément dans mon lieu refuge, baignée de bien être, picolant de la tisane de framboisier qui augmente les contractions utérines toute la journée. Et je me déconnecte dès que je peux de mon cerveau intelligent (plus difficile qu’on ne croit, je t’assure), afin d’être entraînée pour le jour J à me déconnecter de l’état de douleur et de mort imminente.

J’utilise les huiles essentielles, en suivant bien les recommandations des professionnels, à la goutte près, qui vont là encore me donner confiance et courage, et préparer mon périnée, mon col et tout le tralala au passage du petit rôti.

  • Et tout le reste …

On l’a dit, l’état émotionnel est déterminant pour que le cerveau lâche prise et secrète les bonnes hormones. Tout ce qui va te permettre d’être prête, légère, a son importance. Genre moi, je voulais écrire cet article, regarder Vaiana, faire une poutre du temps avec mon fils, et bien avancer sur ma thèse.

J’ai prévu plusieurs plans de garde pour mon aîné, chaque jour est balisé et sécurisé (merci Nanou, Julia et Julie).

J’ai donc fait une petite liste et je coche. Et quand toute ma liste sera cochée, je serai prête. Bizarrement la valise de maternité ou les affaires du bébé ne sont pas en premier sur ma liste, car je sais qu’à la naissance le bébé n’a besoin de rien si ce n’est de mes miches.

Plusieurs médecines « alternatives » proposent des aides. J’ai choisi l’acuponcture par pure affinité personnelle (et donc l’aromathérapie avec les huiles essentielles), mais libre à toi de te tourner vers l’homéopathie, l’ostéopathie ou le magnétisme … du moment que ça te fait du bien et que tu y crois dur comme fer.

Tout a son importance, entoure toi de personnes bienveillantes et soutenantes, ce n’est pas le moment de faire plaisir à tata odette et de l’entendre te dire « ah mais il est encore bien haut ce bébé », petite phrase qui ne tombera pas dans l’oreille d’une sourde et te fera angoisser toute la nuit … Tous les professionnels rencontrés doivent t’encourager et te certifier que TU VAS ACCOUCHER dans le temps imparti et QUE C’EST TROP FACILE. Et ne riez pas, car c’est ce que ma sage femme me répète tout le temps, et vraiment je le crois.

Parlons un peu du temps imparti d’ailleurs …

En france le terme annoncé est de 41 semaines d’aménorrhées. Plus de règles pendant 41 semaines, soit 9 mois et on doit accoucher à ce moment là. Et bien là encore JE DIS NON (comme mon fils l’a fait 89 fois ce matin), et je ne le savais pas avant que ma gynéco m’explique que le bébé est mature physiquement et cérébralement à 37 semaines. Putain ça fait 4 semaines de différence !!! 4 semaines durant lesquelles on peut tout donner pour ne pas arriver au bout des 41 semaines et risquer un déclenchement ou une césarienne.

Le terme débute donc vraiment à 37 SA. Et la france a décidé que 41, c’était le bout du bout et qu’on allait annoncer cette date aux mamans, ce qui en fait peut porter à confusion. En belgique par exemple, on annonce 40 semaines, et on prévoit un déclenchement 10 jours après. Ce qui laisse plus de temps à la mère pour faire monter la mayonnaise.

A partir de 37 semaines et si tout va bien, feu vert pour OUVRIR LA PORTE par tous les moyens et signaler à votre bébé que vous êtes prête à l’accueillir, à l’aimer, à le porter et supporter pour les 20 prochaines années …

Comme je l’ai dit au départ, plusieurs facteurs doivent être alignés pour que l’accouchement arrive : le corps et le cerveau de maman, bébé, Dieu ou La Nature, le hasard aussi peut-être. Et je suis bien d’accord pour graver dans le marbre numérique que tout ce que je fais peut ne pas suffire.

Tout ce que tu pourra mettre en oeuvre pour souhaiter la bienvenue à ton bébé peut ne pas suffire à le faire sortir, pour des raisons que parfois on s’explique (bassin étroit, bébé trop gros ou resté en siège …) et parfois pas.

Si c’est le cas, par pitié, zéro culpabilité. On ne refait pas le match. C’est la vie et c’est ainsi … (je te rassure, il m’aura fallu donc la thérapie EMDR, des heures à discuter avec ma gynéco et sage femme et 3 longues années pour le comprendre).

Il me reste donc à cocher une nouvelle ligne sur ma petite liste et promis, je commence ma valise de maternité cet après midi !

mde

4 réflexions sur « Sésame, ouvre toi ! »

  1. Article plus qu’intéressant ! Mais on peut aussi préciser que parfois tout est prêt matériellement et psychologiquement mais que bébé ne sort pas quand même… Parce que là ça me fait culpabiliser : 41SA demain et RAS…

    J'aime

Répondre à docteurdoudou Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s