Ballade irlandaise

Un oranger sur le sol irlandais,
On ne le verra jamais.
Un jour de neige embaumé de lilas,
Jamais on ne le verra.
Qu’est ce que ça peut faire ?
Qu’est ce que ça peut faire ?Tu dors auprès de moi,
Près de la rivière,
Où notre chaumière
Bat comme un cœur plein de joie.

Un oranger sur le sol irlandais,
On ne le verra jamais.
Mais dans mes bras, quelqu’un d’autre que toi,
Jamais on ne le verra.

Qu’est ce que ça peut faire ?
Qu’est ce que ça peut faire ?
Tu dors auprès de moi.
L’eau de la rivière,
Fleure la bruyère,
Et ton sommeil est à moi.

Un oranger sur le sol irlandais,
On ne le verra jamais.
Un jour de neige embaumé de lilas,
Jamais on ne le verra.
Qu’est ce que ça peut faire ?
Qu’est ce que ça peut faire ?

Toi mon enfant tu es là.

(Berceuse de Bourvil)

Ma chérie, ma toute douce… Tous les soirs tandis que tu t’endors contre moi, lovée, toute ronde, tes petits cheveux parfois collés de sueur d’avoir pleuré ou lutté contre le sommeil ou alors que tu vivais les angoisses du crépuscule communes à tant de mammifères, petits et grands… Alors je mesure la chance que j’ai de t’avoir à mes côtés.

img_20190728_132141

J’avais peur d’avoir une fille, pour des raisons tantôt spirituelles, tantôt logistiques, j’avais peur car je ne te connaissais pas ma doucette.

Mais tu n’es qu’amour et sourires, tu fais exploser mon cœur à chaque mimique, à chaque pincement de lèvres, à chaque battement de jambes.

Il y a les petites fossettes aux épaules, jamais je n’aurai cru que ça puisse exister.

Il y a le frein de lèvre supérieure qui apparaît maintenant quand tu souris aux anges, à nous.

Il y a la quantité de cheveux soyeux.

Il y a les cris de petit chat et les roucoulades de poussin qui a faim.

Il y a les grands yeux bleus (je prend les paris… Le resteront ils ?) joueurs.

Il y a les bras qui moulinent de mécontentement parfois et ton regard se fait plus noir alors.

Et je te chante cette berceuse ma chérie, et je te murmure, toujours un peu bouleversée. ..

Quelle belle journée avec toi de passée ma bébé.

Oui je suis là je reste avec toi. Dis moi ce qui ne va pas, pourquoi pleures tu comme ça ? Laisse toi aller dans mes bras ma ninette, laisse moi te bercer et te caresser… Non pas comme ça ? D’accord essayons ainsi alors… Voilà là tu es mieux… Donne moi ta main si tu veux.

Oh ne te cabre pas ainsi voyons, calme toi, je suis là.

Tu sais que ta vie sera merveilleuse hein tu le sais. Je te le promet. Nous t’aimons si fort et ton frère aussi.

img_20190729_110811

Je sais que c’est difficile pour lui, tu le sens aussi, vous êtes si petits tous les 2. Mais quel cadeau merveilleux d’avoir un frère qui va t’aimer et te protéger. Qui le fait déjà. Tu as vu hein comment il ne veut pas que les autres s’approchent de toi ?

Ca ira vite mieux, les années vont si vite passer tu verra…

Voilà tu t’apaises, viens je te couche… Oui tu peux teter. Il fait si chaud ma chérie…

Allez je te chante encore notre berceuse. La même depuis 3 mois…

Tu es là et je n’en reviens toujours pas.

img_20190804_165210-1

1 réflexion sur « Ballade irlandaise »

Répondre à petitsruisseauxgrandesrivieres Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s